En 2025, la France aura perdu un médecin généraliste sur 4 en moins de 20 ans

La situation des médecins généralistes est toujours aussi alarmante en France. Depuis 2007, leur nombre a baissé d’environ 8% et la tendance s’accentue d’année en année. En effet, malgré les aides financières proposées, de plus en plus de jeunes praticiens hésitent à choisir cette spécialité. Cette baisse est surtout liée au non-remplacement des nombreux départs en retraite qui n’ont pas été remplacés. Quoi qu’il en soit, elle devient de plus en plus préoccupante.

Des « petits cadeaux » jugés insuffisants

Des locaux flambants neufs, des loyers offerts, des primes à l’installation sont autant d’avantages qui sont offerts par les communes aux nouveaux médecins généralistes. En effet, certains élus locaux ne lésinent pas sur les moyens lorsqu’il s’agit de trouver un médecin généraliste pour leur commune. Cependant, ce n’est pas suffisant. De plus, ces aides viennent s’ajouter à celles qui sont proposées à l’État et surtout par l’Assurance Maladie. D’ailleurs, celle-ci a récemment annoncé qu’elle réfléchissait à l’instauration d’une prime forfaitaire de 50.000 euros concernant les praticiens souhaitant s’installer dans des zones sous dotés.

À ce que l’on voit, ces petits cadeaux et avantages ne suffisent pas à motiver les jeunes. Par exemple, le maire de Saint-Bonnet-de-Valclérieux dans le Drome aimerait louer gracieusement un local au praticien qui viendra s’installer dans sa ville en remplacement de l’actuel médecin âgé de 70 ans et souhaitant prendre sa retraite. Le maire justifie cette situation par le fait que sa ville de situe en rase campagne et que les jeunes praticiens ne veulent pas faire 60 heures par semaine pour faire des recettes.

Le loyer est plafonné à Paris

Dans la ville de Paris, ce qui fait fuir la plupart des praticiens, c’est sans doute le prix du loyer. Du coup, un dispositif spécifique vient d’être voté afin d’aider les nouveaux praticiens qui s’installent dans la ville. Cette aide prend la forme de 15.000 euros en plus d’un loyer plafonné. À Nice aussi, c’est le même problème qui se pose, bien que la ville soit très accueillante pour le Dr Camille Guillemin.

Les maisons médicales neuves ne parviennent plus à convaincre

Il faut dire que la plupart des communes en France investissent dans les maisons de santé à hauteur de centaines de milliers d’euros. Toutefois, elles n’arrivent pas à convaincre les praticiens de venir exercer dans leur ville. Du côté de l’ordre des médecins, on a toujours tendance à rappeler que les maisons de santé ne suffisent pas.

News Reporter