La nutrition infantile : un marché en pleine croissance

La question de l’alimentation infantile a toujours été délicate aussi bien chez les familles qu’au niveau des professionnels du domaine. En effet, les parents attachent de plus en plus d’importance à la qualité de produits qu’ils achètent pour leurs enfants. Il faut dire que le marché est détenu par les poids lourds de l’industrie de l’agroalimentaire tels que Nestlé et Danone qui totalisent à peu près 83% des parts de marché.

Un marché estimé à 1.2 milliard d’euros

On peut dire que la France est le premier pays en termes de consommation de produits alimentaires pour bébé. En effet, on y consomme en moyenne 200 kg de lait par an et par bébé. Il faut dire que le secteur est divisé en deux grandes familles : les laits infantiles qui représentent 41% des parts de marchés et des aliments de diversification tels que les yaourts, les compotes et les plats préparés qui représentent 59% des parts de marché. Le marché français est dominé par 2 grandes marques : Nestlé et Danone. À côté de ces deux acteurs, certaines entreprises de dimension locale tentent de survivre malgré les difficultés commerciales.

Un marché à très forte croissance

Depuis les années 2000, le marché de la nutrition infantile est en pleine croissance. Cette croissance a toutefois été freinée par la crise économique mondiale, qui a entraîné une baisse du pouvoir d’achat. De plus, il faut dire que les laits de 1er étage ont un peu souffert de montée du phénomène de l’allaitement. Du coup, de nouveaux relais de croissance ont été trouvés grâce à l’élargissement des gammes de produits proposés ainsi que leur côté innovant. Par exemple, la marque Danone a sorti le produit « Mon Blédifruit » qui est une compote destinée aux nourrissons à partir de 4 mois. On a aussi Blédi’Délices qui est un dessert élaboré pour les enfants allant de 6 à 8 mois.

Une marge de croissance encore importante

Malgré une croissance assez forte ces dernières années, il faut dire que le marché de la nutrition infantile possède encore une marge de manœuvre encore assez importante. En effet, plus de 50% de l’alimentation des bébés entre 4 et 15 mois est encore constituée par des produits faits maison. Ce qui est un manque à gagner considérable pour les grands industriels du domaine. Danone et Nestlé se livrent ainsi une bataille sans merci pour conquérir ces parts de marché.

News Reporter