La relecture par un tiers : un sérieux gage de qualité pour vos traductions

Traduire un document officiel n’est pas donné à tout le monde. Même si le traducteur a toutes les compétences requises pour une traduction, les erreurs ne sont jamais bien loin. Le mieux serait alors de le confier à un tiers pour relecture. Si vous n’avez pas l’habitude de recourir à un traducteur professionnel, le fait de confier votre travail à un tiers compétent permettra de vous rassurer quant à la qualité de la traduction.

Le document doit être irréprochable

Tout document destiné à être publié doit être irréprochable. Le fait que votre travail de traduction se retrouve avec des coquilles peut être très préjudiciable. Pour éviter ce genre de déconvenue, le mieux serait de confier le travail à un relecteur-correcteur afin qu’il corrige les éventuelles coquilles. Pour plus d’infos, tous les groupes de presse au monde disposent d’un groupe de correcteurs-relecteurs qui se chargent de corriger les fautes d’orthographe, de répétition, de syntaxe, etc.

En traducteur, le rôle du correcteur va consister à vérifier le fond et la forme. Il se charge aussi de vérifier la conformité du message traduit par rapport au message initial. Le recteur possède surtout ce regard neuf qui est indispensable pour apprécier de la qualité d’un travail. Pour que les insuffisances de la traduction puissent être résolues, il est important que le correcteur soit spécialisé afin d’appliquer toute la rigueur nécessaire.

Un traducteur-relecteur : pour garantir la qualité du document final

On peut dire que le rôle du traducteur et du relecteur sont assez complémentaire dans la mesure où le travail de l’un permet de parfaire celui de l’autre, pour une qualité optimale. Au final, vous allez obtenir une traduction de qualité et adaptée à vos attentes. Alors, lorsque vous recevez un devis de traduction, demandez s’il y a un sérieux de correction, car cela peut faire la différence.

Quelles sont les alternatives possibles ?

Cela dit, il faut préciser que la relecture externe n’est pas tout le temps nécessaire. Il est parfois possible de vous en passer dans certaines conditions. Par exemple, lorsque le document à traduire n’a qu’une valeur informative dans le cadre d’une entreprise ou encore lorsqu’un de vos collaborateurs a les compétences nécessaires pour vérifier si la traduction est bien menée ou pas, vous n’avez pas besoin du travail d’un correcteur. Si vous avez besoin de plus d’infos, vous pouvez en discuter avec votre prestataire.

News Reporter